Boulimie, ma meilleure ennemie

Comment aborder ce sujet, ce sujet que je connais par coeur.. Dans ma vie, j’aurais aimé être experte dans beaucoup de domaines, des trucs bien quoi. Mais non, moi le sujet que je connais par coeur, enfin le sujet.. la maladie.. c’est la boulimie.

Je pensais faire ce blog pour ne parler que de sujets sympas et joyeux mais J’AI décidé d’y glissé une catégorie « Relations & Famille » donc ça voulait forcément dire de parler de trucs moins sympas et joyeux quoi..

La boulimie qu’est ce que c’est ? D’après le résultat d’un test que je viens de faire ici, voici la réponse:
« Tu as du mal à t’accepter comme tu es. Mais tu es persuadée que si tu arrives à contrôler ton alimentation et à perdre du poids, le bonheur sera à ta portée.
Pour y parvenir, tu t’infliges des régimes sévères et des heures de sport intensif.

Ton corps, en constante privation, est mis à rude épreuve.
Et puis soudain, c’est le débordement : tu ne contrôles plus rien et avales compulsivement des quantités impressionnantes.

La nourriture a pris toute la place dans ta vie : dès le réveil, tu redoutes de commencer à manger et de ne plus pouvoir t’arrêter.
Tes angoisses à l’idée de grossir t’empêchent de dormir la nuit. Il t’arrive même parfois d’en rêver.

Culpabilité, honte, dépression font partie de ton quotidien. Tu es boulimique.
C’est une maladie sérieuse, qui demande un suivi médical, mais il est possible de t’en sortir. »
Voilà, voilà.

Dans cet article, je ne vais absolument pas vous dire comment se sortir de ça. J’en sais absolument rien parce que je suis en plein dedans même si mon cas est moins désespéré qu’il y a quelques années.

D’abord, faisons connaissance avec le Moi d’avant : j’avais des crises (crise = manger à outrance) entre 2 et 4 fois par semaine. Je mangeais des quantités astronomiques de bouffe. On dit que si les fumeurs économisaient à chaque fois qu’ils voulaient acheter un paquet de cigarettes, ils pourraient se payer un beau voyage.. Moi, j’aurais pu me payer une île paradisiaque carrément avec tout ce que j’ai acheté et continue d’acheter depuis tout ce temps et surtout la quantité de bouffe « rendue » que j’ai payé pour rien !

Je suis plutôt une bouche sucrée : paquets de gaufres, de céréales avec du lait, des gâteaux et j’en passe mais tout ça dans la même soirée.. Mais je peux très bien alterner sucré et salé.

Après ce massacre, il fallait bien jeter les cadavres (#PapiersDeGateaux&cie) et enlever cette culpabilité d’avoir avalé autant de calories que si on se préparait à une grève de la faim.
Je mangeais en cachette la plupart du temps quand je finissais les cours avant que mes parents rentrent pour être toute seule quand cela arriverait et vomir tranquille dans les toilettes et ne laisser aucune trace MAIS quand mes parents étaient là et que mes paquets de gâteaux m’attendaient sagement dans mon sac de cours, il fallait bien trouver une tactique pour expulser l’objet du délit. Alors je me retrouvais à 4 pattes dans la baignoire avec une bassine et sac poubelle dans la bassine pendant que l’eau brûlante coulait d’un côté pour masquer le bruits des régurgitations et m’aidait à me faire vomir plus facilement.

Une fois le rituel terminé, je descendais le plus naturellement du monde mettre un banal sac poubelle aux ordures…

Je peux néanmoins vous donner 2-3 pistes qui m’ont aidé et qui me sont restées dans la tête quand j’avais une crise et j’espère vous aider à combattre ça.

1°/ Les dégâts que ça fait sur mon corps : *attention instants glamour*
– L’acidité gastrique qui remonte de votre estomac sur vos dents détruit l’émail.
– Gencives beaucoup plus fragiles et pour ma part déchaussement d’une dent (pas hyper esthétique même si c’est une dent du fond..)
– Sensations de yeux gonflés, maux de tête intenses, déshydratation..
– Coeur qui est soumis à une activité intense. Ce n’est pas normal pour lui que la nourriture fasse le chemin dans ce sens.

2°/ Déclic qui m’a fait arrêté :
Ma mère m’a fait regardé une émission sur ça justement parce qu’elle n’était pas dupe, elle avait cramé mon manège ! Il n’y a rien de pire pour une maman que de voir son enfant souffrir et être impuissante. Il y avait cette maman dans l’émission qui témoignait car sa fille se faisait vomir.. je ne sais plus à quelle fréquence mais il en est qu’elle a fait un arrêt cardiaque dans son sommeil à cause de ça. Elle avait à peine 18 ans si je me souviens bien. Quand j’ai entendu ça, ça m’a refroidi et je me suis dit que je ne pouvais pas faire ça à mes parents, je n’en avais pas le droit et ça m’a calmé.

Faisons connaissances avec le Moi de maintenant : je ne suis pas encore guérie loin de là mais quand j’ai des crises, je me retiens de vomir. Quand j’en arrive à là c’est que c’est mon corps qui l’a décidé et qu’il rejette de lui même de la nourriture parce qu’il en a trop eu.
Les crises sont toujours là donc je grossis puisque je ne rejette plus rien. C’est un cercle sans fin et non pas sans faim puisque je n’arrive pas à contrôler mes crises mais je ne me fais plus vomir donc c’est une demi victoire.

Quand vous sentez que vous ne contrôlez plus rien, parlez-en. Des solutions existent avec des médecins spécialisés qui connaissent le problème et pourront répondre à toutes vos interrogations et vous rassurez sur vos peurs.

N’hésitez pas à me contacter en message privé via ma page Facebook, sur le coté à droite 🙂 ou en commentaire sous l’article pour en discuter ou trouver une épaule 🙂

Love ♡
Mademoiselle Pujol

Publicités

2 réflexions sur “Boulimie, ma meilleure ennemie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s